Pourquoi ?

Les véritables catastrophes, celles qui nous ont fait perdre l’être aimé, ont pour conséquence que l’âme des proches de la victime en reste marquée indélébilement. La déchirure qui s’est établie en nous alors s’inscrit profondément dans notre psychisme. Nous ne nous en remettrons pas. Elle nous obsède et pourtant, ceux qui nous entourent ne peuvent en percevoir la douleur car celle-ci n’est ni mesurable ni visible. Elle est terrible, si terrible ! Je sais de quoi je parle :
Notre fils Jens est mort. Le 24 mars 2015, il a pris l’Airbus A320 de la compagnie Germanwings qui assurait la liaison Barcelone-Düsseldorf et que le copilote a précipité au sol de faҫon volontairement perfide, entraînant la mort de notre fils et d’autres passagers.
Personne n’est jamais revenu du monde dans lequel il se trouve désormais, bien que ce soit là notre désir le plus fort.
Jens avait 37 ans. Il nous a laissés, mon mari et moi, son frère, sa belle-sœur, sa petite nièce, sa mamie âgée, sa compagne, les parents de sa compagne et un grand nombre d’amis. Tous l’aimaient, pour son humour, sa vision positive du monde.
Le vol 4U9525 et le crash impitoyable contre un flanc de montagne dans les Alpes franҫaises qui s’ensuivit détermineront désormais la vie future des proches des victimes, tandis que les personnes ayant simplement pris connaissance des faits sans avoir de lien avec les victimes oublieront, seront rattrapées par le quotidien. Le nouveau fait place à l’ancien qui s’efface peu à peu de leur souvenir.
Le journal que vous avez sous les yeux, rédigé de faҫon rétrospective, est la simple tentative de libérer l’âme par l’écriture. Cependant, la tragédie demeure ancrée à jamais dans mon esprit, elle fait désormais partie intégrante de ma vie.
Ceux qui désirent m’accompagner sur ce chemin sont invités à le faire. Ils réaliseront ce que signifie l’approche d’un monde qui s’écroule en l’espace d’une seconde pour laisser place à un monde qui ne ressemble plus en rien à celui qui vient de disparaître…

© Brigitte Voß / Traduction: Isabelle Frommer

Publicités

Une réflexion sur “Pourquoi ?”

  1. Bon jour,
    Je viens de découvrir votre blog.
    Je reste toujours sensible a cette tragédie et … je ne sais pas pourquoi, alors que je suis un simple téléspectateur des informations.
    Max-Louis

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s