Mardi 30 juin 2015 – Indemnisation

̊QUATORZE SEMAINES APRÈS LA CATASTROPHE ̊
Assis dans l’interminable couloir du tribunal d’instance, nous attendons que la porte sur laquelle sont inscrites les premières lettres de notre nom de famille s’ouvre enfin et que l’on appelle notre nom. Nous avons enfin obtenu tous les documents nécessaires pour faire une demande de certificat d’héritier. Nous sommes en effet les héritiers principaux de notre fils. C’est seulement lorsque nous tiendrons ce certificat dans nos mains qu’il nous sera possible de régler nos affaires avec l’amie de Jens.
Cela demande beaucoup d’efforts d’attendre au tribunal, car nos pensées tournent autour d’autre chose. Jens est mort, c’est la seule vérité.
L’employée de l’administration nous fait entrer bien plus vite que nous l’imaginions dans son bureau. Elle ne fait aucun problème en ce qui concerne le nom de jeune fille que les Franҫais, conformément à leur législation, ont noté sur l’acte de décès.
Je constate avec stupeur que j’ai laissé ma carte d’identité et toutes les cartes bancaires dans la voiture. Mon étourderie prend des proportions inédites. Mon sac à main trône sur le siège arrière de la voiture à la vue de tous. Ҫa ne me serait jamais arrivé auparavant.
Nous n’obtenons aucune réponse claire quant à la durée de la procédure administrative : « Nous devons tout d’abord obtenir la confirmation du tribunal d’instance de Düsseldorf qu’aucune disposition n’a été prise par voie testamentaire de la part de notre fils. Cela peut durer jusqu’au mois de septembre. »
>Oh là là, les services administratifs entre eux<, me dis-je.
Nous nous dirigeons d’un pas rapide vers notre voiture. Le sac avec l’argent, les cartes bancaires et d’identité se trouvent toujours sur le siège arrière. Je respire avec soulagement. Les émotions fortes sont un poison supplémentaire pour nos nerfs déjà à bout.
Une fois rentrés, j’ouvre ma boîte mail et le stress redouble encore à l’apparition d’un message de mon avocat. Objet : « Offre Germanwings ». Il s’agit de l’indemnisation de dommages immatériels. Notre fils vient à peine d’être enterré que ce thème nous est présenté ! J’anticipe déjà les tracasseries de tout genre. Je prends toutefois connaissance du message. Un montant forfaitaire est fixé qui prend en compte la peur de mourir que les victimes ont subie juste avant que l’avion s’écrase, un deuxième montant correspond à la douleur qui nous a été infligée. Ce qui m’offusque, c’est que le cercle des personnes concernées par ce deuxième montant est défini de manière stricte. D’après les termes du message, il s’agit « des parents, des enfants, du partenaire pacsé ou conjoint cohabitant ». En sont exclus : les frères et sœurs, les grands-parents, les petits-enfants, etc…excepté si un médecin leur délivre une attestation selon laquelle leur souffrance est égale à celle des autres personnes bénéficiaires.
Pourquoi est-ce que le frère de sang de Jens doit-il délivrer une attestation pareille ? Les deux fils ont toujours été fortement liés l’un à l’autre jusqu’au jour meurtrier. Chez Thomas, ce sentiment dépasse de loin la seule mort de son frère. Sa tristesse est profonde, je le vois bien. Quant aux grands-parents ? En règle générale, leur petit-enfant représente tout pour eux.
J’admets qu’il est nécessaire de trouver une limite, mais qui prend la décision pour en définir le cadre ? Les uns doivent fournir des attestations, les autres non, indépendamment de leur véritable relation avec la personne décédée.
Qu’en est-il du cas Lubitz ? Il a eu le droit, malgré ses troubles psychiques de grande gravité et la prise de substances psychotropes hautement dosées, de transporter des passagers dans l’avion. De quel type d’attestations et de pièces justificatives curieuses s’agit-il en ce cas ? Quel type de preuves a-t-il fournies ? Il y a tout lieu de soupҫonner qu’il y ait eu des lacunes considérables.
La compagnie aérienne semble nous faire croire le contraire. Elle s’en prend aux proches des victimes déjà terriblement accablés par le chagrin. On exige de notre part de fournir tout un tas de preuves.
Nous devons accepter le fait que l’Allemagne en tant que seul pays en Europe, ne dispose d’aucune réglementation juridique sur la question de l’indemnité des personnes survivantes aux victimes. Une loi devrait être votée sur la question en automne.
J’ai le sentiment que la Germanwings/Lufthansa ne saisit pas l’ampleur des dommages que la catastrophe fait subir. Je voudrais que Monsieur Spohr soit forcé de se mettre à notre place et soit frappé de plein fouet, ne serait-ce que pour quelques semaines, par la souffrance infligée à notre corps et à notre âme. C’est délibérément que j’utilise le terme « forcé », car il serait pervers de le faire volontairement.
Je ne vais pas m’exprimer sur le montant de l’indemnité liée aux préjudices moraux, parce que j’ignore à quel point les passagers ont souffert de la peur de la mort et je ne suis pas en mesure de préciser un montant compensant le chagrin et ses effets collatéraux. Il est impossible d’établir une unité de mesure spécifique à un cas pareil.
Les négociations pour fixer un montant adapté se poursuivent. La justice va-t-elle être saisie ?
Et nous ? Allons-nous trouver le repos ?
Je désire savoir comment un meurtrier de masse a bien pu avoir le droit d’être aux commandes d’un Airbus. Pour quelle raison ???
Remplacer Jens relève de toutes faҫons de l’impossible. Je voudrais tellement le prendre dans mes bras, l’entendre parler et rire. Rien ne peut compenser ce besoin. Cependant, pour la souffrance incommensurable que la catastrophe a provoquée en nous, la Lufthansa a le devoir d’assumer au moins la responsabilité morale, tant que la responsabilité de la faute n’a pas été établie. C’est une question de respect, envers les victimes et nous-mêmes.
Effondrée, le cœur en larmes et la colère au ventre, j’éteins l’ordinateur.

© Brigitte Voß / Traduction: Isabelle Frommer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s