Jeudi 30 avril 2015 – Conspirationnistes et révélations étranges

Aujourd’hui, je suis allée chez la psychologue pour la première fois sans mon mari, la semaine dernière nous y étions ensemble. Nous avions eu un entretien approfondi à la suite duquel elle demanda à mon mari s’il estimait nécessaire d’avoir pour lui recours à une thérapie. Il refusa. Apparemment, il avait raison car elle était du même avis que lui.
En ce qui me concerne, elle considère qu’une thérapie est nécessaire.
Elle est avenante, neutre, mais aussi déterminée. Je consens à répondre à ses questions, même si celles-ci suscitent en moi beaucoup d’émotions de temps à autre. Au préalable, une discussion permettra de déterminer si je « la sens » ou non et si elle considère que nous sommes en mesure de collaborer efficacement. J’ai d’ores et déjà le sentiment que le courant passe entre nous, ce qui est primordial pour le succès de la thérapie.
Un mail du ministère public français de Marseille nous informe que les 150 passagers disparus dans le crash de l’Airbus A320 ont été identifiés. Une fois les preuves du décès des 149 victimes et du meurtrier fournies, une commission sera chargée de valider les travaux exécutés. C’est seulement après cette validation que le maire de Prads-Haute Bléone (la commune où se trouve la zone du crash) sera en mesure de délivrer les actes de décès. La date de restitution aux proches n’a pas encore été fixée. La commission est constituée de différents experts, comme par exemple des médecins légistes ou des scientifiques spécialisés dans le domaine de l’identification des corps, des représentants d’un institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale, ainsi qu’Interpol et un juge d’instruction allemand de la police judiciaire BKA de Wiesbaden et d’autres spécialistes.
Le mail se termine par la phrase suivante :

« Je présente à l’ensemble des familles des victimes mes plus sincères condoléances et vous assure que tout sera mis en oeuvre pour vous faciliter la restitution des corps des victimes et vous permettre de récupérer les actes de décès dans les meilleurs délais et les meilleures conditions possibles.
Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’assurance de ma sincère considération

LE PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE
Brice ROBIN »

Je suis toute excitée. >Enfin, Jens rentre chez nous<, voilà ce qui me vient à l’esprit spontanément. Ça paraît absurde, mais je suis soulagée, contente même.
>Mais sous quelle forme rentre-t-il ? Quelles parties de son corps ?< , mon esprit poursuit ses élucubrations. mes pensées sont diffuses. L’enterrement est très certainement en passe de se réaliser. >Ensuite, j’irai probablement mieux<, c’est ce que j’espère de tout coeur. (C’est plus tard que j’apprendrai que cet espoir est trompeur.)
Je passe mon temps à surfer sur l’Internet mais mes recherches se limitent aux mots-clés en rapport avec la catastrophe. Je trouve des choses curieuses écrites par ceux qu’on appelle des théoriciens du complot. Certaines personnes en savent toujours davantage que les autres et cherchent à attirer l’attention par des déclarations dont je prends connaissance avec contrariété. Peu après le crash, beaucoup de rumeurs circulaient déjà, comme les boites noires se trouvaient encore dans les éboulis et qu’on ne connaissait pas encore grand-chose sur les circonstances de la tragédie.
En voici quelques exemples :
Andreas Lubitz se serait converti à l’Islam et tourné vers l’EI.
Le nom de famille du copilote serait d’origine juive ce qui laisserait conclure que le Mossad, le service secret d’Israël, aurait cherché tardivement à se venger des Allemands.
Les États-Unis auraient abattu l’Airbus par inadvertance.
Une autre théorie se réfère à l’avion de chasse français qui, en constatant le silence radio de l’appareil, a cherché à le rejoindre. Le Mirage aurait abattu volontairement l’Airbus, car celui-ci aurait eu pour mission (commanditée par je ne sais qui) de s’écraser sur le barrage de Serre-Ponҫon.
Je découvre une information plus intéressante sur le site d’une chaîne d’information de renom qui se réfère à des médias américains. Elle révèle qu’Andreas Lubitz voulait obtenir sa licence de pilote aux États-Unis. La Federal Aviation Administration (FAA) s’était renseignée sur la santé mentale d’Andreas Lubitz, il avait dû remplir un formulaire, mais avait d’abord dissimulé ses antécédants de troubles psychiques. Des recherches supplémentaires effectuées sur sa personne l’avaient poussé à avouer avoir subi un « épisode dépressif lourd ». Cependant, il présenta des documents dans lesquels un psychologue allemand confirmait une rémission complète de l’ancien élève-pilote. (Une sonnette d’alarme retentit alors en moi qui ne me trompe que rarement.) Les médicaments psychotropes qui avaient été nécessaires à cet effet auraient être arrêtés progressivement. (Vraiment ?) Andreas Lubitz passa les examens médicaux suivants avec succès et put obtenir ainsi sa licence de pilote qui conduisit au malheur.
Les médias rapportent également qu’il avait récemment souffert de troubles visuels sévères.
Ma tête se met à bourdonner de questions.

© Brigitte Voß / Traduction: Isabelle Frommer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s